Difficulté à en parler, blocage

de Manon

17/09/2020

Ça s’est bien passé même si c’était dur pour moi. Pendant au moins plusieurs mois, même quand je suis rentrée en seconde, je n’arrivais pas à passer le cap. C’était vraiment une sale période en fait. Au collège, on m’a conseillé d’aller voir l’infirmière scolaire, mais moi je ne voulais pas. Même ma mère, elle a essayé de me faire voir un psy ou quoi, mais je n’ai jamais voulu parce que je ne me sentais pas prête. En fait, je gardais tout pour moi, je n’avais pas envie de raconter ce qui se passait. C’était comme une espèce de carapace. Je ne voulais pas en parler. J’avais une espèce de blocage. Pour moi, c’était encore trop dur.

J’aurais aimé qu’on m’aide un peu, qu’on me soutienne, mais pas forcément que ce soit un prof ou un psy, plutôt une personne extérieure, que je ne connais pas à qui j’aurais pu me confier.

Partager ce témoignage sur

A propos de l’auteur·e

Manon

retour en haut